Margo, la robe d’été en automne

27 septembre 2012 Looks, Mode
veste cuir zara

La première fois que j’ai passé commande chez Zalando, c’était pour une robe American Retro qui m’avait plus que tapé dans l’oeil. Je ne saurais d’ailleurs pas vraiment te dire pourquoi étant donné que sur le papier, elle n’a rien d’extraordinaire cette robe. Mais voilà, comme je crois qu’on n’est pas à l’abri d’avoir un coup de foudre pour un thon, je me dis que y’a pas de mal à flasher sur une robe sympa-mais-sans-plus.

La deuxième hérésie concernant cette robe que j’étais censée aduler jusqu’à la fin de mes jours, c’est que je n’ai pas vraiment eu l’occasion de la porter depuis son acquisition : en juillet il faisait trop moche, en août elle était un peu trop habillée pour traîner sur les plages ou dans les rizières balinaises et en septembre il faisait trop froid. Donc je me suis roulée par terre de bonheur une fois que j’avais validé mon panier mais je ne l’ai pas portée une fois en l’espace de 3 mois, VA COMPRENDRE !

J’ai donc profité des derniers degrés estivaux (lol) pour la sortir de la penderie morose dans laquelle elle traînait depuis bien trop de semaines. Et comme j’avais des envies de bikeuse, je l’ai associée à mon nouveau perf’ et mes vieilles boots (2011, so old) cloutées, pour faire genre que je suis trop une rebelle mother fucker. Finalement, j’aime bien ce contraste qui n’a même pas l’air d’en être un, à tel point que j’ai eu envie de sauter de bonheur dans les bacs à fleur de l’immeuble de ma mère. Ouais mais attends, c’est pas n’importe quels bacs à fleurs, c’est made in Neuilly GROS !

(ça va mieux moi on dirait, non ?)

  Lire la suite

Ma troisième expérience Louboutin

25 septembre 2012 Looks, Mode
pigalle-louboutin

Omagad, mais qu’en est-il de ce suspense insoutenable dans lequel je t’ai laissé il y a presque 4 mois maintenant, alors que je cherchais désespéremment à dépenser la moitié d’un SMIC dans une paire de chaussures à semelles rouges ? Je te rassure les copains, ma saga Louboutin est enfin terminée et s’achèvera donc sur ce troisième opus que je m’en viens te conter aujourd’hui.

Si tu n’es pas trop un bâtard et que tu t’intéresses un minimum à ma vie – mon oeuvre, tu te souviens sans doute de ma première expérience en boutique plus que désastreuse, quand j’avais failli planter des talons de 12 dans les yeux d’un vendeur je-pète-plus-haut-que-mon-cul-parce-que-je-travaille-chez-Louboutin, qui s’en est suivie d’une deuxième expérience fort décevante, le jour où j’ai fait le constat douloureux que mes oignons pédestres n’étaient pas compatibles avec un 39 x le modèle Pigalle. J’étais alors à deux orteils de me suicider. Et puis en fait non.

En fait non les copains parce que dans un ultime élan de volonté, j’ai décidé d’essayer ce modèle avec une demie pointure en plu,s en jurant sur le Vogue du mois d’arrêter ma quête shoesesque dans le cas où ce nouvel essai se soldait par un échec supplémentaire.

  Lire la suite