Ou comment je me suis réconciliée avec les coiffeurs – 1ère partie

19 septembre 2012 Beauté, Coiffure
coiffure

Mais dis donc, ne serait-ce pas la semaine du désespoir capillaire par ici ? Peut-être bien les gars sauf qu’on clôturera cette mini-saga par une happy end, un peu comme dans un épisode d’Hélène et les garçons (oui enfin à part quand Cri-Cri d’amour s’en mettait plein les veines j’entends).

Donc tu le sais, je déteste aller chez le coiffeur. Question coupe j’en ressors la plupart du temps avec 10 cm en moins que ce que j’avais initialement demandé et souvent affublée d’un dégradé affreux, qui repousse en décalé qui plus est ! Quant aux colorations, j’essaie de me débarrasser tant bien que mal depuis deux ans de ces horribles mèches blondes, fabriquées par un tueur en série de cheveux qui avait fait de ma tignasse une espèce de touffe de crin jaune desséchée. C’est d’ailleurs pour ça que j’arbore depuis quelques mois un ombré hair « naturel » et totalement non-désiré à la base.

Après avoir écumé bon nombre de salons parisiens, je me suis donc résignée à ne plus jamais faire confiance à un coiffeur de ma vie. J’étais même prête à me couper les pointes moi-même de temps en temps.

Et puis en regardant les clichés de mes vacances, il a bien fallu que je me résigne à la conclusion atroce que j’avais VRAIMENT besoin d’un coiffeur et d’urgence. Mais pas n’importe quel pequenot estampillé Jean-Louis Dessange qui allait me resservir du dégradé sur fond de mèches jaunasses. Non. Un coiffeur, un vrai.

  Lire la suite

Fille pas perdue mais cheveux gras quand même

17 septembre 2012 What's the fuck ?!
chignon

C’est pas que je te fasse la gueule depuis la semaine dernière, c’est juste que j’avais un peu honte. Oui, honte.

Figure-toi que depuis quelques temps, il m’arrive un truc étrange, mais genre un truc méga-chelou : j’ai les racines des cheveux hyper grasses. Pas grasses comme le deuxième jour après ton shampoing ou comme quand tu as porté un casque de scooter « de secours » (tu sais, celui qu’on refile à tout le monde et qui pue le cheveu sale). Non. Plutôt grasses tout le temps, même quand mes cheveux sont mouillés et que je viens de les shampouiner, justement avec un machin spécial pour cheveux gras ! (vous avez demandé UFC Que Choisir, ne quittez pas…)

Tout a commencé à Bali, le deuxième jour de mes vacances, alors que je m’étais lavée les cheveux avec mon shampoing habituel, que je les avais essorés avec la serviette grise de l’hôtel (serviette qui devait sans doute être blanche A LA BASE) et que je les avais laissés sécher à l’air libre. En somme, mon rituel feignasse quand je suis sous les tropiques ou près d’une étendue d’eau. Il est vrai qu’entre la chaleur et le taux d’humidité ambiants, j’arborais un look délicieux de caniche de compétition, mais à ce que je sache, la chaleur et l’humidité ne rendent pas les cheveux fraîchement lavés en moumoute imbibée d’huile d’olive. Si ? (vous avez demandé Alain Gillot-Pétré, ne quittez pas…)

  Lire la suite