Beauté, Maquillage

La vie en bleu

8 avril 2011

vernis-bleus

Salut les roudoudous, je voulais juste te parler rapido de mes deux presque-nouveaux vernis, assortis respectivement au ciel azuré de ce début de mois d’avril et à mes jeans brut adorés.

C’est-à-dire que je suis fan du bleu en général mais que, par une sombre énigme que je n’arriverais sans doute jamais à percer, je n’en porte quasi jamais. Les jeans ça compte pas, bien sûr. Pourtant, c’est une couleur qui va plus ou moins à tout le monde, que l’on peut trouver en boutique à toutes les périodes quelques soient les collections tendances du moment et elle offre un éventail de teintes plutôt vaste, toutes plus belles les unes que les autres (qui a-t-il de plus magnifique qu’un bleu canard, je vous le demande). Bref, je te promets d’élucider un jour ce mystère mais en attendant, parlons vernis donc.

Le premier est une grande surprise. Je l’ai déniché pour la modique somme de 4,90 € au Monop’ du coin un jour où j’étais en mal de noix de coco en morceaux. Il m’a fait le coup de l’œil tristounet, tout seul sur son micro présentoir en plastoc. Il m’a fait de la peine tu comprends, alors j’ai décidé de le sauver de cette vie misérable qui l’attendait. Je sais, je ne suis que bonté et générosité. Mais faut dire qu’il est mimi, non ? Je t’avoue qu’au début je ne donnais pas cher de sa peau. Je veux dire, pleine de préjugés que je suis, je pensais que ça serait de la grosse daube en flacon. Et puis en fait, pas du tout.

Lire la suite

What's the fuck ?!

La ponctualité de l’inconscient

7 avril 2011

crabou

Les quenelles, ça va pas du tout aujourd’hui à tel point qu’on va finir par s’énerver tout rouge !

Je voudrais bien qu’on m’explique un jour pourquoi l’inconscient est encore plus con que le conscient. Genre hier matin, j’avais rendez-vous chez le médecin de la foufoune. Le genre de rendez-vous, tu t’en doutes, que t’as pris depuis 4 mois et pour lequel t’avais pas franchement le choix de l’horaire. « Le mardi 25 juin à 15h35, ça vous irait ?« , « Non désolée : le Docteur ne reçoit ni avant 9h30, ni après 17h15 et encore moins le samedi matin. Vous êtes disponible en 2012 ?« 

Donc après une bataille sanglante entre la standardiste et mon agenda, j’ai finalement opté pour un rendez-vous en matinée. Celui qui te fait presque rater une demie journée de boulot mais qui du coup te permet de dormir une heure de plus. Joie ! Car tu vois, autant je suis pas une grande dormeuse, autant le matin j’ai carrément du mal à me lever. Pourtant, on ne peut pas vraiment dire que je me lève si tôt que ça. C’est vrai, 7h du mat’, c’est plutôt correct non ? Ah bah y’a rien à faire les gros, je suis jamais debout avant 7h30 voire 7h45. Tu m’étonnes après ça que je cours partout et que j’ai jamais le temps de prendre le temps.

Lire la suite

Inspirations, Mode

En attendant les (vrais) beaux jours…

6 avril 2011

modele-sable-chaud-perles

Les copains, t’as remarqué à quel point un rayon de soleil peut rendre les gens à moitié fous ? Je veux dire, prends par exemple le week-end dernier : ok, Evelyne Dheliat nous avait annoncé un samedi digne d’un mois de juillet avec 25° au compteur (lol), et puis finalement on a dû jouer à cache-cache avec le dieu Râ et se contenter d’un petit 18. Mais quand même, est-ce qu’un faible rayon de soleil, si attendu et si rare soit-il, mérite-t-il vraiment qu’on sorte de chez soi et qu’on traîne toute la journée dehors … à moitié À POIL ???

Sérieux, tu les as vu toutes ces donzelles en bustiers à fleurs, en jupes légères et en spartiates toi aussi ? Alors ok, y’en a marre de l’hiver, vivement la canicule de 2 jours et les apéros à rallonge en terrasse, mais la notion de juste milieu, c’est pas pour les chiens bordel ! Même aujourd’hui avec ce temps magnifique, je ne peux pas mettre une jupe sans mes collants. C’est psychologique je crois : on est qu’en avril que diable !

Perso, même si je porte toujours mes boots adorée, j’arrive à assouvir mes désirs de soleil … en dégainant la CB dans les boutiques  et notamment dans les rayons chaussures. Comme ça, je serai parée quand viendront VRAIMENT les beaux jours. Pauvre, certes, mais parée.

Lire la suite